Les Mosaïcultures Internationales Montréal, l’exposition d’art horticole, devient le plus grand événement écoresponsable au Québec, avec son nombre de visiteurs attendus, soit 1 million de personnes et sa durée, une centaine de jours.

C’est dans le cadre du dévoilement de la programmation 2013 et la présentation de quelques-unes des mesures écoresponsables qui sont mises en place que l’annonce a été faite. L'ensemble des mesures entreprises avec l’aide d’Éco Entreprises Québec (ÉEQ), permettent en effet aux MIM2013 de rencontrer le niveau 3 des exigences de la certification d'événements écoresponsables du Bureau de normalisation du Québec (BNQ), et de devenir le "important" évènement écoresponsable de la province.

Rappelons que les exigences de la norme en gestion responsable d’événement couvrent cinq champs d'intervention, dont la sélection des fournisseurs;  la gestion du matériel, des sources d’énergie et de l’eau, l’alimentation et la récupération des matières recyclables, aspect qui sera  mis en valeur sur le site de l'événement. Des messages seront en outre affichés sur le parcours des Mosaïcultures afin d’encourager les citoyens à appliquer de "bons gestes". 80 stations de récupération nouvellement installés à travers le site du Jardin botanique, contribueront à augmenter le taux de récupération.

Parmi les mesures écoresponsables des Mosaïcultures :

  • Compostage : Augmenter l'efficacité du compostage; réalisation du compostage selon la méthode des andains retournés, soit la création de longs tas de matières premières remués régulièrement; compostage du terreau et des millions de plantes recouvrant les structures à la fin de l'événement; réutilisation de ces résidus entre autres sur le site du Jardin botanique.
  • Réutilisation des terres : Réutilisation des terres qui ont dû être déplacées pour accueillir certaines œuvres lors des travaux de préparation, dans d'autres zones du Jardin botanique plutôt que d'être jetées ou compostées.
  • Des fournisseurs locaux responsables : 95 % des trois millions de plantes produites pour donner vie aux œuvres exposées proviennent de producteurs québécois. Les fournisseurs de plantes ont dû s'engager à respecter une charte d'écoresponsabilité rédigée par le comité organisateur des MIM2013 et la Fédération interdisciplinaire de l'horticulture ornementale du Québec.
  • Innovation et développement d'un terreau plus écologique : Développement et utilisation d'un nouveau type de terreau plus écologique que le terreau commercial composé de fibres de noix de coco, et réduisant les arrosages.
  • Réduction de la consommation d'eau : 20 % des œuvres se situent sur un site approvisionné par un nouveau puits muni d'une pompe solaire, réduisant la consommation d'eau potable. Des équipements de micro-irrigation installés sur les structures permettent aussi de réduire l'arrosage. Également, une station météo mesure et enregistre les données pluviométriques et transmet l'information à un système d'information satellitaire pour ajuster l'arrosage.

" Les considérations et préoccupations d'ordre environnemental constituent l'essence même des Mosaïculture. En ce sens notre partenariat avec ÉEQ est tout naturel puisque nous partageons une vision commune et nous voulons minimiser nos impacts sur l'environnement et devenir un modèle d'événement écoresponsable ",  explique Lise Cormier, vice-présidente exécutive et directrice générale de Mosaïcultures Internationales Montréal.

Les visiteurs seront également invités à  en apprendre davantage au sujet de la récupération et du développement durable dans le cadre de l’événement. Rappelons que l'événement se tiendra du 22 juin au 29 septembre au Jardin botanique de Montréal.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis