La Banque de Montréal, Telus et la Banque Scotia figurent parmi les 20 chefs de file canadiens en matière de divulgation de leurs stratégies de réduction de leur empreinte carbone.

C’est ce que révèle l’édition 2012 du Carbon Disclosure Project (CDP), étude annuelle des pratiques de divulgation des 200 plus grandes entreprises canadiennes, dévoilée plus tôt cette semaine par le cabinet Accenture, partenaire du CDP.

Le document fait ainsi état de la volonté des entreprises à poser des actions et à communiquer leur pratiques et politiques en vue de réduire leur empreinte carbone. Pour se qualifier dans l’index, les entreprises doivent obtenir un minimum de points sur la transparence: la façon dont elles évaluent leurs émissions de carbone, le niveau d’exhaustivité de l’information fournie, etc. 

Parmi les 17 entreprises québécoises ayant pris part à l’étude figurent la Banque de Montréal, désignée comme "leader" en matière de divulgation, et Tim Hortons, dont c’était la première participation. De ces 17, neuf ont consenti à publier leurs résultats en émission carbone: Bell, CAE, le CN, Cogeco Câble, l’Industrielle Alliance, la Banque Nationale, Saputo, SNC-Lavalin et Transcontinental.

Selon Bruno Lafeytaud, Associé chez Accenture, on observe une "forte amélioration des entreprises quant à leurs efforts de transparence et à la qualité de leurs réponses." Cette année, la moyenne des notes attribuées aux 20 entreprises leaders de la divulgation ("Carbon Disclosure Leadership Index") est de 83, contre 77 l’an dernier. De plus, 77% des répondants ont indiqué que le changement climatique était intégré dans leur stratégie d’entreprise, une hausse de 4% depuis 2011.

"Ce rapport permet aux entreprises une reconnaissance de leurs pratiques, en plus de les aider dans l’analyse de leurs stratégies et d’illustrer les retombées économiques des initiatives mises en place, ajoute Bruno Lafeytaud. Il s’avère également un outil important pour les investisseurs. Il faut être conscient des messages que les entreprises envoient à leurs investisseurs lorsqu’elles ne participent pas."

Pour consulter le rapport, cliquer ici.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis