Planchers Mercier : innover pour verdir

<p>Reconnue l'an dernier pour ses d&eacute;marches en &eacute;coconception, la PME cherche &agrave; r&eacute;duire son empreinte environnementale par l'innovation.</p>

Planchers Mercier conçoit et fabrique des planchers de bois franc prévernis. C’est à la suite de l’acquisition d’une scierie vers 2000 que la PME de 220 employés a amorcé ses premières démarches formelles de réduction des impacts environnementaux. "L’équipement moderne de la scierie permet de traiter des billots de petits diamètres, qui sont normalement rejetés", indique Marielle Mercier, présidente. Depuis, la PME opère à partir de principes qui forment la base de son engagement social: respect de certifications environnementales qui misent sur l’intégrité des forêts (dont celle du Forest Stewardship Council), la maximisation de la matière première, l’économie d’énergie, l’écoconception des emballages ou encore la réduction des impacts lors de l’utilisation d’un plancher.

C’est ainsi que son produit Mercier Générations, un plancher préverni à base d’huile de soja, a été lauréat en 2011 du concours Novae en Écoconception. Comparé aux autres types de revêtements de plancher qu’offre la compagnie, le verni fait à partir d'huile naturelle de soja n’émet pas de composés organiques volatils (COV), exige 10 à 15 % moins de composantes dérivées du pétrole tout en étant plus résistant à l'usure. "À ma connaissance, c’est le premier vernis de ce type sur le marché."

La PME a fait précéder la conception du verni d’une analyse de cycle de vie des planchers. "C’est une démarche onéreuse, mais l’expérience nous a énormément appris et elle a consolidé notre réputation de rigueur." Avec ce plancher innovant, la PME a également réduit sa dépendance aux produits dérivés du pétrole. "C’est un avantage concurrentiel en termes d’image, mais ça nous aide aussi à gérer les risques d’approvisionnement associés aux fluctuations du prix du pétrole. L’argument favorable aux vernis utilisant des dérivés de pétrole est d’abord économique, mais c’est aussi une question d’habitude dans l’industrie et les habitudes sont difficiles à changer quand une entreprise opère de la même façon depuis des dizaines d’années." Alors que plusieurs concurrents s’orientent vers l’utilisation de nanoparticules comme composantes aux vernis, Planchers Mercier se distancie de ces procédés dans une logique de précaution. "La technologie est encore trop récente pour que l’on soit certain que ces particules n’auront aucun impact négatif. Nous recherchons des matières ayant le plus faible impact environnemental possible et nos fournisseurs en sont clairement informés."

L’entreprise annoncera bientôt une nouvelle étape dans son engagement environnemental: les réflexions de l’entreprise se tournent vers les essences de bois. Certaines, très prisées, comme le wengé, sont souvent issues de pratiques forestières douteuses. Or certains procédés permettent d’offrir des planchers faits d’essences régionales en leur donnant une apparence similaire à celle de bois menacés. Planchers Mercier s’inspire ici d’un critère Leed qui encourage, pour la construction "écologique", l’utilisation de ressources provenant de moins de 800 kilomètres. "Au coeur de notre réflexion, il y a l’enjeu de la traçabilité du bois. Nous demandons d’ailleurs depuis plusieurs années à nos fournisseurs de s’approvisionner à partir d'aménagements forestiers durables."

Les métiers et les opportunités de carrière
en développement durable.

Emplois récents

12.09.14 RECYC-QUEBEC Montréal
9.09.14 AEF Global Inc Lévis
8.09.14 Bénévoles d'affaires Montréal
5.09.14 Administration portuaire de Québec Québec
3.09.14 Section du Québec du Conseil du bâtiment durable du Canada Montréal
28.08.14 COMMUNAUTO iNC. Montréal
27.08.14 Vérificateur général du Québec Québec
26.08.14 Centre d'écologie urbaine de Montréal Montréal
25.08.14 Crudessence Montréal