Les oreillers écoconçus de Mayukori

<p>Design ergonomique, &eacute;coconception et pr&eacute;occupations sociales sont les cl&eacute;s de la r&eacute;ussite des produits Mayukori.</p>

"Notre modèle d’affaires allie écoconception et design moderne", dit Nicolas Capuano, cofondateur de Mayukori. L’entreprise de trois employés conçoit et commercialise à travers une centaine de points de vente au Québec des oreillers pour enfants et pour adultes, des "reposes-yeux" et des coussins d’allaitement. Leur particularité: ils sont rembourrés d’écales de sarrasin biologique provenant d’une ferme québécoise.

L’idée vient de sa conjointe, Jee Yung Caillaux, qui s’est inspirée d’oreillers de tradition coréenne. Sa principale motivation était d’améliorer la qualité de sommeil de ses deux filles. Ainsi, les oreillers Mayukori sont beaucoup plus petits que les oreillers occidentaux. Mais ce qui les distingue surtout est l’usage d’écales de sarrasin, qui les rendent particulièrement fermes, et procurent leurs caractéristiques ergonomiques, naturelles et hygiéniques. De plus, ces oreillers posséderaient des vertus thérapeutiques et favoriseraient un sommeil réparateur. "Ils offrent un bon alignement des vertèbres, les flux nerveux et sanguins entre le corps et le cerveau en sont ainsi optimisés." Les écales, obtenues par le décorticage et le dépoussiérage de la graine de sarrasin, arrivent chez Mayukori après un procédé de nettoyage. "Nous sommes convaincus qu’une analyse de cycle de vie montrerait l’énorme différence d’impact environnemental entre nos oreillers et un oreiller conventionnel utilisant du polyester."

La stratégie de cette PME fondée en 2009 s’articule autour d’une formule : H=E4. "C’est l’essence de Mayukori. Une approche humaine -- le H -- soutenue par quatre principes que l’on cherche à faire ressortir dans nos communications: énergie, éthique, esthétique et éducatif." Mais avant la communication, il y a l’engagement et le souci d’amélioration continue. "Ce sont les premières conditions pour être un entrepreneur plus 'responsable'. Cela doit être dans ta fibre, dans tes valeurs, sinon il y a manque de cohérence et ça se voit."

Mayukori a obtenu une certification biologique de Québec Vrai pour certains de ses produits. "Nous sommes parmi les premières entreprises d’ici à offrir des tissus certifiés. L’industrie en est aux balbutiements du bio; un peu comme l’industrie alimentaire il y a 15 ans." Pour éviter les fausses prétentions, Nicolas Capuano considère comme essentielle l’arrivée des certifications, même s’il leur obtention peut s’avérer tout un défi. "Il est aujourd’hui ardu d’obtenir les certificats chez les fournisseurs. Mais d’ici 10 ans, il sera normal d’utiliser ces certifications." Fidèle à sa philosophie, l’assemblage et la couture des produits se font localement par l’entreprise d’insertion Petites-Mains, organisme qui lutte contre l’exclusion chez les femmes en difficulté.

Conjuguant toujours éco-responsabilité et design, l’entreprise prépare sa nouvelle collection pour le printemps 2012 avec Lotta Jansdotter, une designer new-yorkaise d’origine et d’inspiration scandinave. Et d’ici à la fin de l’année, elle offrira aussi de la literie écodesign: draps, housses de couettes, et autres produits avec des tissus certifiés biologiques. Nicolas Capuano souligne en outre que cette démarche d’éco-responsabilité implique parfois bien des efforts. "Par exemple, trouver des tissus biologiques est encore très difficile. On pourrait abandonner. Sans notre conviction personnelle, ce serait tentant d’abandonner ce type de démarches exigeantes en temps et en énergie." C’est dans ce souci d’amélioration que la PME explore de nouveaux tissus écoresponsables, comme par exemple la fibre de qualité en chanvre.

Les métiers et les opportunités de carrière
en développement durable.

Emplois récents

31.10.14 Bibliomondo Montréal
27.10.14 COMMUNAUTO iNC. Montréal
16.10.14 McGill University Montreal
10.10.14 KAKEE design graphique responsable inc Montréal
10.10.14 RECYC-QUEBEC Montréal
10.10.14 Polytechnique Montréal Montréal